La morpho-psychothérapie par le Souffle profond (MPTS)

Principes de base

En partant du principe fondamental que corps et mental sont indissociables, la MPTS agit sur le corps dans le but d’obtenir un « mieux-être » global. Chaque séance est profitable puisqu’elle apporte de la détente, améliore la souplesse physique ainsi que la qualité globale de la respiration.

La MPTS part du principe que la plupart des troubles importants désignés comme « psychiques/mentaux » ont pour origine un/des traumatisme(s) intense(s) subi(s) à partir du moment de la conception, in utero et avant l’âge de l’acquisition de la parole (3 ans). Biologiquement, ces traumatismes, ou plus précisément ces informations traumatiques, sont inscrites au niveau cellulaire sous la forme d’un dommage épigénétique empêchant rassembler les informations de l’environnement, de décoder les émotions et de réagir de façon adaptée. Au paroxysme, cette lésion engendre une dissociation entre les émotions ressenties et la gestion de celles-ci par la pensée. (Hallucinations sous diverses formes).

Sur le plan physique, ces traumatismes induisent des tensions inconscientes et chroniques au niveau du diaphragme et des scalènes (Les muscles respiratoires) qui, à terme, empêchent le développement harmonieux de la structure morphologique de l’individu. Ces adaptations, dites « négatives », se concrétisent sous de nombreuses formes – ignorées par la médecine traditionnelle tant qu’elles ne posent pas de problèmes particuliers (scoliose, lordose, sciatique, épaules hautes, posture avachie, démarche de « canard », hyper tonus, pieds à « dix heures dix », etc.).

Au terme de la croissance (14-21 ans), les « mémoires traumatiques » sont engrangées profondément au niveau des cellules, et verrouillées dans cette carapace d’adaptations négatives. Elles sont réversibles, mais elles ne sont ni accessibles, ni évacuables par le biais de la parole. Seule une action adaptée sur le corps peut  « interroger » et libérer ces mémoires.

La thérapie consiste à placer le corps dans les postures de la géométrique symbolique « parfaites » (représentées schématiquement par Léonard de Vinci dans « l’Homme de Vitruve ») et de provoquer une action sur la dynamique des muscles dans son entier, ceci jusqu’aux fascias (qui représentent la forme inconsciente du corps). Le Souffle (ou la respiration profonde) qui transcende tous les niveaux d’organisation, conserve ce qui est sain et évacue les mémoires dites nocives. Les postures peuvent engendrer de la fatigue, le réveil d’émotions douloureuses, mais jamais de douleurs sur le plan physique.

L’efficacité obtenue par la pratique des postures de la réhabilitation de la morphologie est augmentée par la connaissance vécue et éprouvée du thérapeute, ceci de l’état de schizophrène à la guérison. Ce dernier vous indiquera des pistes à suivre, ou au contraire, à ne pas suivre, qui seront toujours les voies favorisant le lâcher-prise plutôt que des schémas de défense morbides et répétitifs.


À qui s’adresse la MPTS ?

  • À toute personne qui éprouve des souffrances morales, plus ou moins chroniques, résistantes, et non associées à des causes conscientes identifiées (deuil, séparation, douleur physique, perte d’emploi, malnutrition, etc.) ;
  • Avoir moins de 35 ans;
  • Ne pas souffrir de hernie discale, de lombalgie, de sciatique ou tout autre douleur physique susceptible d’entraver les postures thérapeutiques ;
  • Avoir confiance en la thérapie et le thérapeute, en d’autres termes, ne pas consulter sous la contrainte.

  • La première séance (1h30) : vise à établir un bilan morpho-psychologique de la personne. Elle est suivi de premiers soins.
  • Chaque séance dure ensuite 60 min.
  • Résultats : dans tous les cas, chaque séance apporte de la détente, une amélioration de la souplesse corporelle (donc mentale) et une amélioration de la qualité du respir. Il ne faut pas s’attendre à des résultats immédiats et « magiques ». Il s’agit d’un processus permettant d’accéder aux mémoires traumatiques inscrites en profondeur. Ce processus ne peut se faire que par une reconstruction (harmonisation) de tous les plans de l’être.