Les avis des premiers lecteurs

Commentaires de lecteurs de « Quand j’étais schizophrène », « Le Zen de Vitruve » et « SCHIZO ». (2019-20) Par ordre anté-chronologique.


« Je me permets le  » cher Frédéric » car je viens de passer trois jours avec vous en lisant votre livre. Je le pose à l’instant et je saute sur mon clavier pour vous faire un bref retour, vous remercier pour ce livre passionnant !! Quand je l’ai acheté je le voyais déjà traîner quelques semaines sur ma table de nuit, parmi d’autres oubliés… je l’ai dévoré en 3 jours. D’abord pour sa force littéraire ! Autant par sa trame narrative soutenue, que par son style incisif, votre honnêteté, votre humour, et bien sûr par la force du propos. La 2ème partie est particulièrement intéressante, votre compréhension de la schizophrénie et bien sur votre rencontre avec Mme Christen ( dont j’espère trouver le livre) sont très convaincantes. » – Michel Miazza, Infirmier chef à la Fondation de Nant, service de psychiatrie à Vevey (Suisse)


« Ta description de la schizophrénie est bonne. C’est hyper difficile à décrire pourtant, il y a de quoi devenir schizo ! Et tu décris tellement bien les « voix » ! C’est la première fois que je trouve une description correcte de ces « voix ». Livre très impressionnant. Ton parcours de vie aussi. Et puis ta guérison ! Ca… ouaouw ! Je n’y suis pas encore. La compréhension, la clairvoyance que tu as dans les chapitres  » Une fracture inéluctable » et « Démence précoce », je ne l’ai que partiellement. – Valérie


« Une mise à nu éclairée, d’une franchise bouleversante, qui balise des chemins vers la sérénité et l’espoir »  – René B.


« J’ai eu la chance, et je le redis, la chance donc, d’être une des premières à découvrir «Schizo », sans connaître son auteur. Ce fut non seulement une immersion brutale et bouleversante dans l’univers, jadis tourmenté, de Frédéric Meuwly, mais aussi une très forte émotion littéraire car l’écriture est brillante. » – Liliane M.


« Que dire sur un livre de plus de 300 pages… qui retrace presqu’une vie ? Plus qu’un témoignage… une vérité… certes, sa vérité, celle que mon frère a vécue, mais que j’ai partagé par lui, et à travers lui durant ces années. J’ai vu – non ce n’est pas vrai ! –  j’ai ressenti son désarroi durant ces années où je pensais l’avoir perdu…  Je l’ai vu triste… Se détruire… Se renfermer… Et… derrière ses souffrances, une envie de revenir à la vie, une thérapie, un nom et une thérapeute. Et moi… j’ai retrouvé mon FRERE… pour nous, pour la continuité de nos vies. – Monique P.-G.


« Mon ami Frédéric – pour bien le connaître – s’est donné à bien des passions et a développé pleins de compétences, toujours pour réaliser, in fine, des œuvres avec rigueur et talent. En écrivant son livre, il découvre sans doute les « splendeurs et misères de l’aspirant écrivain »* en posant les jalons d’une écriture fluide, et peut-être – je ne puis le juger – un certain talent. » – Patrice C.

*Jean-Baptiste Gendarme, Éditions Flammarion, Paris, 2014


« Ce récit véridique se lit comme un fait divers. Ce n’est pas possible…toute cette souffrance ! On est subjugué qu’à notre époque l’auteur ait dû se cacher pendant des années pour ne pas montrer qu’il était atteint de schizophrénie. Témoignage bouleversant d’un chemin de vie chaotique où un homme se démène comme un fou pour ne pas être « pris pour un fou ». Et un espoir,… un chemin de guérison  et de résilience ! Ce livre m’a laissé sans voix ! » – Monique B.


« Ce genre de témoignage est touchant et instructif pour les proches aidants et les thérapeutes, car rares sont ceux qui guérissent de cette maladie, et plus rare encore sont ceux qui peuvent en identifier et en décrire les causes, souvent dramatiques. A lire comme un bon roman, qui cependant, n’en est pas un… «  . – Alice B.


« Un livre intime, bouleversant de vérité, qui laisse une trace dans le cœur, et ajoute une couleur à l’arc en ciel de nos vies, en permettant au lecteur de faire connaissance avec une autre facette de ce qui constitue le monde. Frédéric, mon ami et collègue, merci de m’avoir permis de rentrer dans le tiens. » – Christine  M.


« A quand votre prochain livre, qui décrirait la pratique de réhabilitation dont vous avez bénéficié. Je suis la maman d’un jeune homme schizophrène, c’est la galère, nous ne trouvons pas de solution » – Laurence D.


« Ce témoignage bien écrit sur la maladie de la schizophrénie est très intéressant. On y trouve peut-être des pistes alternatives de soins qui rejoignent des théories actuelles et scientifiques sur les « mémoires traumatiques ». Je le recommande tout particulièrement aux travailleurs sociaux confrontés à cette maladie au quotidien » – Edouard V.


« Un livre très accessible, écrit comme un roman, sur un sujet peu décrit de l’intérieur par des patients. Il m’a permis de dédiaboliser cette maladie et de remettre en question bien des croyances que j’avais sur cette maladie. Très utile dans ma pratique d’infirmière ». Claire M.


« Et si ce qu’écrit Cédric Norback était vrai ! Que la psychiatrie se trompe en ne considérant pas le corps physique dans sa conception de la maladie psychique et des soins. Ce témoignage et cette perspective mériteraient que l’on fasse des recherches, car grande est la détresse autour de cette maladie. » – Flowdog